Réaction de la JSG par rapport au léger oui sur l’initiative contre l’immigration de masse

La Jeunesse Socialiste Genevoise prend acte de l’approbation par une faible majorité du peuple suisse votant de l’initiative de l’UDC dite contre « l’immigration de masse ».
Il faut en tirer des enseignements. Faut-il en conclure de manière simpliste que le peuple suisse est réactionnaire, raciste et stupide ? Cela ne peut pas être une position socialiste. 

Nous constatons que l’initiative emporte l’adhésion bien au-delà des rangs des fidèles de l’UDC. Le cas du Tessin vient nuancer une simple analyse portant sur le clivage entre la ville et la campagne, ou celui entre la partie latine et alémanique de la Suisse.
Durant la campagne, l’initiative a été réduit à un simple scrutin sur la libre circulation des personnes par les initiants et les patrons. Aujourd’hui peut-on vraiment en vouloir à un travailleur subissant un dumping salarial dans l’indifférence générale de vouloir mettre un frein à la libre circulation des personnes ?
Non, le vote des travailleurs tessinois résonne comme un cri de désespoir jeté à la face de l’appareil dominant. L’UDC n’a fait que surfer sur la légitime colère des perdants de la libre circulation. Des mesures d’accompagnement réellement appliquées protégeant les plus faibles seraient une solution améliorant la vie des travailleurs, cependant le patronat ne veut même pas en parler.
Nous relevons aussi comme bien souvent que les cantons ayant le plus grand nombre d’immigrés, tel que Genève ou Vaud, sont ceux qui se sont le plus opposés à cette initiative. Pour l’immigration, plus on voit de quoi il s’agit, moins la xénophobie semble nous envahir.

Nous déplorons évidemment l’acceptation de cette initiative, portée par l’UDC pour des raisons xénophobes et haineuses. Cette même UDC qui ne se soucie du bien être et des conditions des travailleurs suisses que lorsqu’il s’agit de les opposer à leurs frères étrangers. Cependant ce n’est pas pour défendre la prétendue « prospérité » de la Suisse (dont seule une minorité profite) à travers la remise en cause de la libre circulation des personnes que nous déplorons ce résultat.
Nous ne devons pas plus céder aux pressions des bureaucrates de Bruxelles qu’à celles de notre bourgeoisie nationale !

Enfin, les partis de gauche et les syndicats n’ont pas réussi à assez se démarquer des milieux patronaux par leur discours, les uns vantant les bienfaits de la libre circulation, les autres ceux de ses mesures d’accompagnement, dont l’efficacité relève malheureusement du mythe. Il est grand temps que la gauche brise ses tabous et propose une véritable alternative socialiste concernant l’immigration, dans l’intérêt des travailleurs, suisses comme immigrés. La JSG s’engage à poursuivre le débat dans ce sens. Elle s’engage et s’engagera toujours dans la solidarité et l’unité des plus démunis contre la classe dominante!

Contre le racisme et la xénophobie!
Contre la division des travailleurs!
Tous ensemble contre le dumping salarial, le chômage et la crise du logement !
Tous ensemble pour de meilleures conditions de vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *