La JSG candidate aux élections nationales !

Nous ne nous battons pas pour des candidats, nous nous battons pour des idées !

Mais au fait, quelle sont ces idées ?

Notre manifeste cantonal : http://js-geneve.ch/?page_id=14
Notre programme d’action national : http://www.juso.ch/wp-content/files/140316_JUSO_Aktionsprogramm_verabschiedet.pdf

Le 18 octobre : Liste 25 – Jeunesse Socialiste Genevoise

Michel Ribeiro
Amélie Bargetzi
Tristan Pun
Stéphanie Gomes
Dersu Heri Bezençon

Format mondial F4

Votations de juin : position sur l’initiative sur les successions

En Suisse, 2% des plus riches possèdent davantage de fortune que les 98% restants !

L’emploi répété de ce genre de chiffre ne démontre pas un manque de créativité, mais au contraire la grande nécessité de rendre la répartition des richesses plus égalitaire. L’initiative sur la réforme de la fiscalité successorale constitue une étape importante du long chemin vers une structure sociétale juste et égalitaire.

Lire la suite

Votations de juin : position sur l’initiative sur les bourses d’études

Quelques faits :

  • Seuls 8% des étudiants suisses touchent une bourse d’étude. C’est le taux le plus faible d’Europe.

  • C’est le canton de résidence officiel de l’étudiant qui est responsable des bourses d’études. Par conséquent, deux élèves étudiant dans la même université n’ont pas accès aux mêmes bourses.

  • Les cantons sont très disparates. Alors que le canton du Jura dépense 87.- par habitant dans les aides aux études, Schaffhouse n’en dépense que 17.

  • Entre 1990 et 2009, le nombre d’étudiants a augmenté de 37% alors que le montant alloué aux bourses d’études a baissé de 11%.

Lire la suite

Faire progresser les droits des apprenti-e-s!

Faire progresser les droits des apprenti-e-s!

Aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, la JSS a présenté sa campagne nationale pour les droits des apprentis. Durant son Assemblée Annuelle, fin mars 2015, la JSS a adopté un papier de position détaillé sur le sujet. La JSS veut mettre à l’agenda politique les revendications de plus de protection, de meilleures conditions de travail et de la possibilité de participer aux décisions.

Dans son papier de position: “Plus de démocratie: le chemin pour une meilleure formation professionnelle. ” la JSS est claire, agir pour la formation professionnelle est nécessaire. La JSS revendique en particulier un meilleur contrôle de l’apprentissage par les cantons, un salaire minimum pour les apprentis et les stagiaires, le droit à l’emploi après sa formation et au moins 2 heures rémunérées par semaine à travailler pour ses cours de l’école professionnelle. ” Les politiques passent sous silence l’absence de démocratie et le manque de protection pour les apprentis. ” déclare Fabian Molina prédisent des JSS. “Depuis l’introduction de la loi sur la formation professionnelle, il y a plus d’une décennie, plus rien n’a été fait pour les intérêts et la protection des apprentis. “

“Au cours des prochains mois, la JSS, en collaboration avec ses sections cantonales et régionales, récoltera dans les écoles professionnelles 25’000 signatures et ainsi ses revendications seront portées sur le devant de la scène politique. ” a expliqué la vice-présidente de la JSS Hanna Bay à la conférence de presse. Sous www.fight-for-your-rights.ch, vous pouvez suivre les progrès de la campagne et commander du matériel.

Sandra Achermann, Yoann Péclard et Marcel Molard, tous les trois ont effectué un apprentissage et relaté leurs expériences à la conférence de presse. Leurs déclarations démontrent clairement qu’une lutte pour réformer la formation professionnelle est urgente.”

Et qu’en est-il au niveau genevois ?

Au niveau cantonal, la JSG a mené un vaste sondage auprès des apprentis pendant ces dernières semaines afin de découvrir l’importance attribuée aux différentes revendications. Lors des discussions qui se sont créées à l’occasion du sondage, la demande d’un mouvement pour la cause des apprentis s’est clairement faite sentir. Ce mouvement a jusqu’à maintenant été difficile à réaliser à cause de l’extrême diversité des horaires, des cursus et des modalités de chaque apprentissage, mais il est certain que la campagne de la JSS permettra de surmonter ces obstacles.

 

La pétition exigeant plus de droit pour les apprenti-e-s peut être téléchargée ici !

La JSG s’engage pour les apprenti-e-s!

La Jeunesse Socialiste Genevoise s’engage pour les apprenti-e-s!

Nous avons lancé récemment un sondage sur les conditions d’apprentissage. Nos militant-e-s vont régulièrement dans les Centres de Formation Professionnelles (CFP) afin de rencontrer et discuter avec les apprenti-e-s de sujets qui les touchent directement.

Tu peux signer le sondage ici!

N’hésites pas à nous contacter si tu as des questions, des remarques ou autres 🙂

info@js-geneve.ch

Contre le déplacement de Candolle et la fermeture du cycle de la Seymaz : Halte aux mesures à court termes

Contre le déplacement du collège de Candolle et la fermeture du cycle de la Seymaz : halte aux mesures à court terme !

Le Collège de Candolle est empreint d’une longue histoire. Situé à l’emplacement du premier collège public gratuit de Genève, créé en 1429, il fait partie du patrimoine culturel de Genève.
La Jeunesse Socialiste Genevoise est courroucée d’assister à l’attaque d’un tel monument par l’austérité ambiante. En effet, le faible nombre des lieux d’enseignement genevois a souvent été dénoncé par la gauche genevoise, mais ces interpellations n’ont que trop rarement été entendues par la majorité bour-
geoise qui n’a jamais réellement investi dans l’éducation, première richesse du canton et surtout barrière ultime face à l’extrémisme grouillant.
Aujourd’hui, face au nombre grandissant d’élèves à l’ECG, le DIP tente un déménagement à haut risque qui provoque naturellement la colère de ceux qui voient leurs mémoires et coutumes violées, sans compter le désarroi des élèves et enseignants du C.O. de la Seymaz, qui sont les grandes victimes de ces changements puisqu’ils sont tout simplement laissés sur le carreau.
Nous déplorons surtout le fait que cette mesure n’agisse qu’à très court terme, puisque la nouvelle ECG qui occupera le bâtiment de Candolle ne suffira pas à accueillir la totalité des nouveaux arrivants lors de la prochaine rentrée. La seule solution concrète est de construire de nouveaux lieux de formation, et cela au plus vite, et non de procéder à des déplacements aléatoires.
Les principaux fautifs de l’histoire sont les partisans de l’austérité au Grand Conseil (UDC, MCG, PLR) qui relèguent visiblement l’éducation en seconde zone, laissant une faible marge de manœuvre au DIP, mais nous déplorons cependant les agissements de la conseillère d’état PS Anne Emery-Torracinta, le cerveau de l’opération, qui une fois encore ne s’est aucunement concertée avec les personnes concernées : les professeurs, les directions des écoles, les syndicats, les élèves et les parents d’élèves. Ce manque de communication est aberrant, car nul socialiste ne doit se garder de communiquer et de négocier avec les acteurs de terrain, qui sont le cœur battant de l’éducation genevoise.